Accueil > Le Bulletin > Bulletin n° 19

Bulletin n° 19

lundi 10 juin 1991

ÉDITORIAL

L’oeuvre de Georges Perec est l’interrogation d’une reconnaissance, multiple, fragmentée. Son destin semble être dans les infinies particularités qu’elle découvre, rappelle, suscite, dans la présence mate qu’elle ne cesse de donner aux choses et à notre temps, dans l’usage qu’elle enseigne des mots de la mémoire, dans la version amicale des liens ordinaires.

Pour faire connaître cette oeuvre et aider ceux qui cherchent à la comprendre et à la faire comprendre, pour accompagner son cours vers ceux qui l’accomplissent en la découvrant, pour l’accomplir aussi dans ce qu’elle a encore d’inédit et d’imprévu, l’Association Georges Perec a un rôle fondamental. C’est celui de la proximité, de l’amitié, du parfait respect de ce qui est cause commune, dans le goût pour la littérature.

Lieu de rencontres, d’activités multiples, d’attention à tout ce qui paraît, se joue, se dit de Perec dans le monde — et ce n’est pas un des moindres attraits de cette oeuvre que ses possibles migrations — l’Association vit de la constante fidélité de ceux qui l’ont faite, proches de Georges (la mémoire est vivante dans l’Association), artistes, amis, passionnés de l’oeuvre, lecteurs assidus, comme elle vit de la venue de tous ceux qui découvrent l’immensité et la secrète familiarité de la "galaxie Perec".

Je suis l’un de ces presque "nouveaux venus", et, président nouvellement élu, j’espère pouvoir contribuer à mon tour à la très certaine, très tenance présence de l’oeuvre de Perec dans cet avenir multiple que lui donnent ses amateurs.

Jacques Neefs