Accueil > Le Bulletin > Bulletin n° 60

Bulletin n° 60

dimanche 10 juin 2012

ÉDITORIAL

Chers amis,

On le dit à chaque sortie du Bulletin : l’actualité Perec a été abondante
au cours du semestre écoulé. On le dit à chaque fois mais on est
bien obligé de le redire aujourd’hui tant les manifestations et les
commentaires auront été nombreux ces derniers temps, suscités
par la conjonction de deux événements majeurs : la sortie du
Condottière, roman inédit, et le trentième anniversaire de la mort de
Georges Perec, survenue le 3 mars 1982. Ajoutez à cela un numéro
des Cahiers, un numéro de la revue Europe, un recueil de lettres elles
aussi inédites, des colloques et des tables rondes à foison, des pièces
qui se jouent aux quatre coins de la France et au-delà des frontières,
des archives audiovisuelles de plus en plus accessibles et vous
obtiendrez un Bulletin assez bien nourri.

Quelques mots justement sur la façon dont ce Bulletin est alimenté.
Son contenu a longtemps été tributaire des membres de l’Association
qui, d’abord par courrier puis par courriel, envoyaient les informations
qu’ils avaient grappillées à l’Arsenal où le responsable du Bulletin
venait chercher sa pitance. Puis vint Internet. La première rubrique
Internet (5 lignes !) apparut dans le Bulletin n° 38 de décembre 2000.
C’est à peu près à cette époque qu’une liste de diffusion Internet fut
mise en place. Ce fut un tournant : les informations étaient accessibles
à tous, le Bulletin en faisait le recensement, son rédacteur ajoutait ce
qu’il avait pu glaner par ses propres moyens. Depuis quelques mois,
une nouvelle étape est franchie : la mise en place d’une « alerte » sur
un moteur de recherche permet désormais d’être informé « en
temps réel » de tout ce qui apparaît sur la Toile sur un sujet donné.
Plusieurs d’entre nous ont installé une « alerte Perec » sur leurs
ordinateurs et Danielle Constantin fait régulièrement circuler sur la
liste les informations recueillies par ce biais. Cela va du commentaire
composé sur une page de W ou le souvenir d’enfance à la énième
resucée de « Je me souviens » sur un blog personnel en passant par
le vin d’honneur organisé par la bibliothèque Georges-Perec de
Martigny-les-Gerbonvaux. Mais cela permet aussi de découvrir un
article dans un journal étranger, un travail universitaire, une tournée
théâtrale, une émission de radio et autres choses qui auraient pu
échapper au public intéressé. A partir de là, le travail du rédacteur du
Bulletin est devenu différent : il a chaque jour à faire le tri dans une
masse d’informations importante, chaque jour à choisir ce qui doit
être gardé pour le Bulletin et ce qui est à éliminer. Il se peut que sa
vigilance ne soit pas parfaite et qu’il ait eu quelques absences, laissant
passer de temps à autre dans les pages qui suivent des données de
peu d’intérêt tout en omettant d’y inscrire des faits que certains
auraient considéré comme importants. Il compte sur votre indulgence.

Philippe Didion